Mardi, 02 mai 2017 00:05

Voici la plate-forme minimale des syndicats

A l’occasion de ce 1er mai, l’union d’action syndicale et les Centrales syndicales ont remis leur plate-forme minimale au gouvernement. Elle se décline en 13 points.

1-La mise en œuvre de l’ensemble des engagements ris à l’issue des rencontres annuelles gouvernement/syndicats des années 2015 et 2016 au plus tard le 3& décembre 2017

2- Révision de l’article 57 du code des impôts en vue de l’exonération de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du public, parapublic et du privé

3- Relèvement du SMIG à 50 000 FCFA

4- Renforcement des capacités en ressources humaine et en logistiques des structures chargées du contrôle des prix et de la qualité des produits de grande consommation

5- Ratification des conventions de l’OIT n°94 (1949) sur les clauses de travail, 151 (1978) sir les relations de travail dans la fonction publique, 154 (1981) sur la négociation collective, n°189 (2011) sur les travailleuses et travailleurs domestiques, n°181 (1997 sur la sous-traitance,

6- Création des tribunaux de travail dans les mêmes ressorts que les TGI

7- Suppression de la commission mixte paritaire de négociation salariales du secteur privé et retour à l’ancien système d’application des augmentations décidées par le gouvernement

8- Exécution des décisions de l’inspection du travail relatives aux demande d’autorisation de licenciement et réintégration des travailleurs dont le licenciement a été refusé par l’inspection du travail, le ministère en charge du travail ou la justice

9- Levée des sanctions arbitraires contre les délégués du personnel, les responsables et militants syndicaux

10- Exécution des décisions de justice au profit des travailleurs concernés sans recours à des sanctions (BICIA, SOANR, CNSS

11- Suite judiciaire des différents audits et rapports sur la gestion des ministères, des institutions et des sociétés sous le régime Compaoré et sous la transition. Recouvrement des toutes les créances de l’Etat dues par tout dignitaire (ministres, députés, directeur généraux, …)

12 Respect par les sociétés minières des articles 25 et 26 du code minier qui prévoient la mise en place d’un fonds de développement local qui doit être financé à hauteur de 1% de leurs chiffres d’affaires

13- Prise de mesures urgentes pour la réouverture des centres d’Education de Base non-formelle, le paiement des arriérés de salaires des enseignants, leur réintégration à la Fonction publique et l’élaboration d’un plan de carrière en leur faveur

Source : UAS et Centrales syndicales

  • Aucun commentaire sur cet article.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0

Videothèque

Le matériel du RSP
Arrivée de Mariam Sankara
Agression de Sara Sérémé

KamaNews

  • Qui sommes-nous?
  • Notre équipe
  • Nous contacter
  • Conditions d'utilisation
  • Mention légale
  • En continue

Infos pratiques

  • Publicité
  • Partenariat
  • Version mobile
  • Cookies & Cache
  • Responsabilité
  • Flux RSS

Outils

  • Applications
  • S'inscrire
  • Se connecter
  • Modifier son profil
  • Nos blogs
  • Messages

Liens utiles

  • BBC Afrique
  • Journal Citoyen
  • CSC
  • OBM
  • CNPZ
  • Droit Libre
Top