Politique

Salifou Diallo est mort. Sa succession est l’objet de vives bousculades, essentiellement entre députés du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Mais cet appétit n’est pas du gout du chef de l’Etat, qui a déjà eu à faire savoir qu’il ne voulait pas de "désordre" dans le pays.

Face aux excitations des uns et des autres, Roch Marc Christian Kaboré a fait passer un message qui pourrait se résumer en quelques mots : "arrêtez pour vous là" !

Des informations recueillies par Kamanews, et contrairement à ce que les intéressés tentent de faire croire par une campagne déguisée, aucune des personnes dont les noms qui circulent dans la presse n’est le candidat, ni du MPP, ni du président Kaboré aux fonctions le président de l’Assemblée nationale.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) déplore un procès qui semble "déséquilibré" intenté par de "hauts magistrats" contre un "journaliste qui n’a que sa plume".

Le 27 juillet, le procureur a requis contre Lookmann Sawadogo une peine de 12 mois d’emprisonnement avec sursis et une amende de 300 000 F CFA. C’est une peine qui "semble" très lourde, constate le parti de Zéphirin Diabré.

En tous les cas, l’UPC affirme son soutien "moral" au journaliste Lookman Sawadogo et à l’ensemble de la presse burkinabè".

S’adressant aux magistrats dans leur ensemble, le parti les invite "à se pencher davantage sur les dossiers de crimes de sang et de crimes économiques qui attendent d’être élucidés". Pour l’UPC, "c’est surtout sur ce terrain d’une justice crédible, prompte et impartiale que les Burkinabè attendent nos juges".

Le 29 juillet, l’ADF-RDA avait qualifié de "tentatives d‘atteinte à la Liberté de presse" l'action judiciaire contre le journaliste.

Six magistrats membres de la Commission d’enquête du Conseil supérieur de la magistrature sur la corruption ont intenté un procès pour diffamation contre le directeur de publication du journal Le Soir, Lookman Sawadogo. Le verdict est attendu pour le 10 août.

Ceci est un communiqué de l'UPC après lecture du projet de code électoral. Le parti du chef de file de l'oppostion politique (CFOP) invite les patriotes à le rejeter. 

L’information est tombée ce jour même, plongeant la classe politique burkinabè dans la douleur : Dr Valère Somé n’est plus. 

La commission électorale nationale Indépendante (CENI) a procédé ce lundi 29 mai 2017 à la proclamation des résultats provisoires des élections municipales partielles. 

Le président de la CENI Newton Ahmed Barry a assisté à la clôture des bureaux de vote à l’école Somgandé A. présent dans la matinée pour l’ouverture des bureaux de vote Newton Ahmed Barry a voulu s’assurer par lui-même que tout est bien qui finit bien. 

 

Ça se passe au secteur 18 de l'arrondissement 4, plus précisément au complexe culturel où plusieurs bureaux de votes ont été ouverts. 

L'association jeunesse du secteur informel du Burkina Faso sensibilise la population à "accepter les résultats quel que soit le maire qui sera élu" a soutenu son président Seydou Zangré. 

Les élections municipales complémentaires ont débuté depuis 6h du matin dans les communes et arrondissement concernés. Nous avons pu faire un tour dans trois centres où nous avons noté quelques faits insolites. 

Page 1 sur 13

Videothèque

Le matériel du RSP
Arrivée de Mariam Sankara
Agression de Sara Sérémé

KamaNews

  • Qui sommes-nous?
  • Notre équipe
  • Nous contacter
  • Conditions d'utilisation
  • Mention légale
  • En continue

Infos pratiques

  • Publicité
  • Partenariat
  • Version mobile
  • Cookies & Cache
  • Responsabilité
  • Flux RSS

Outils

  • Applications
  • S'inscrire
  • Se connecter
  • Modifier son profil
  • Nos blogs
  • Messages

Liens utiles

  • BBC Afrique
  • Journal Citoyen
  • CSC
  • OBM
  • CNPZ
  • Droit Libre
Top