Economie

Ce que gagne COTECNA au Burkina

Pas forcément connue du grand public, la société COTECNA est revenue au-devant de la scène depuis l’opérationnalisation du Système de liaison virtuelle pour les opérations d’importations et d’exportations (SYLVIE).

Considérée comme étant un doublon par certains analystes, Cotecna est, pour les organisations syndicales, un facteur de renchérissement du coût de la vie au Burkina.  Du reste, le 11 septembre 2015, à la suite de négociations avec les syndicats, le gouvernement burkinabè s’est engagé à ne pas renouveler le contrat qui le lie COTECNA après 2019. L’objectif déclaré, à travers cette mesure, est de contribuer à l’amélioration du pouvoir d’achat des populations.

En attendant donc, cette société continue d’exercer suivant un contrat de 12 mois renouvelable 2 fois. Il a été conclu avec le gouvernement de la Transition.

En contrepartie de sa mission qui est de "vérifier l’origine, la quantité, la qualité, l’espèce tarifaire et le prix des biens importes au Burkina", COTECNA perçoit une rémunération à plusieurs composantes. Chaque mois, l’Etat lui reverse l’équivalent de 0,10% de la valeur du sucre importé, et 0,35% de la valeur minimale des autres marchandises inspectées. De "petits pourcentages qui font de gros sous", commente une source contactée par Kamanews pour une évaluation plus concrète de cette rémunération.

Dans la facture mensuelle que COTECNA adresse à l’Etat burkinabè figure également une somme forfaitaire de 25 millions de CFA. Elle est due pour "les inspections de marchandises prises sur les marches locaux des pays voisins dont la valeur est inférieure à 3 millions de F CFA".

COTECNA bénéficie d’une exonération totale de taxes, impôts et redevances de toute sorte perçus au Burkina.

Dans les projections du gouvernement burkinabè, la société chargée du programme de vérification des importations devra participer au transfert de compétence et de technologie à l’administration publique. 

Aujourd’hui, elle apporte une assistance aux services des douanes, un appui plutôt bien apprécié, à se fier aux déclarations des premiers responsables de ce service public.

COTECNA fait partie des leaders mondiaux dans le domaine de l’inspection, de la sécurité, de l’analyse et de la certification commerciale. Elle est implantée au Burkina depuis 2004, en remplacement de la Société générale de surveillance (SGS), à la suite d’un processus que le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) avait, alors, qualifié de "scandale 
politico-financier".

  • Sabari San

    Je vois des pourcentages, mais l'article ne dit pas exactement "ce que gagne Cotecna". Dommage ! Je m'attendais à un chiffre même arrondi !

    il y a environ 11 mois
    0 J'aime

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0

Videothèque

Le matériel du RSP
Arrivée de Mariam Sankara
Agression de Sara Sérémé

KamaNews

  • Qui sommes-nous?
  • Notre équipe
  • Nous contacter
  • Conditions d'utilisation
  • Mention légale
  • En continue

Infos pratiques

  • Publicité
  • Partenariat
  • Version mobile
  • Cookies & Cache
  • Responsabilité
  • Flux RSS

Outils

  • Applications
  • S'inscrire
  • Se connecter
  • Modifier son profil
  • Nos blogs
  • Messages

Liens utiles

  • BBC Afrique
  • Journal Citoyen
  • CSC
  • OBM
  • CNPZ
  • Droit Libre
Top