Culture

FESPACO 2017, côté gourmand!

La 25e édition du festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO) placée sous le thème : "formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel" bat son plein dans la capitale burkinabè. Nous avons fait un tour dans l’arrière-cour de cette fête, histoire de prendre la température de la rue marchande de la biennale du cinéma africain. Le FESPACO c'est aussi pour les affaires, la culture, la gastronomie... 

Si le FESPACO est le rendez-vous par excellence des acteurs du 7e art africain, c’est aussi l’occasion pour tous les acteurs du monde culturel de se rencontrer. A chaque édition, la rue marchande occupe une place très importante dans l’organisation du festival. Pour cette édition 2017, la rue marchande s’étend sur trois sites dont le siège du FESPACO, à la place de la révolution et la maison du peuple.

Sur les trois sites d’expositions, tous les acteurs sont unanimes : pour le moment, tout se déroule bien. Pour Conseiga Oussénou, producteur et vendeur d’objets d’art et sculptures "l’ambiance est bonne et pour ce qui concerne la vente ça va aussi." Même son de cloche pour Sourgou Boureima vendeur de pagnes. Pour les exposants, c’est le soir qu’ils ont plus de visiteurs et d’acheteurs car la matinée ce sont surtout les élèves qui viennent.

Pour cette 25e édition, on rencontre des exposants venus des treize (13) régions du Burkina Faso pour montrer les potentialités de leur région mais aussi des exposants venus de la sous-région et au-delà. La gastronomie occupe une grande place dans cette rue marchande. Ainsi, du siège du FESPACO à la maison du peuple, plusieurs mets et des rafraichissements sont proposés aux festivaliers. Des brochettes, du gonré, du riz soumbala, du poulet, tout est là selon madame Ouédraogo qui ne se plein pas de la clientèle.

Côté organisation, la plupart des exposants disent être satisfaits mais déplorent qu’il y ait plusieurs sites d’expositions car pour eux, les visiteurs ne pourront pas visiter les trois sites tout en achetant.

Sur le plan sécuritaire, on peut dire que tout est mis en œuvre pour sécuriser les sites d’expositions avec les fouilles à l’entrée et les patrouilles à l’intérieur même des sites. Il faut également noter la présence quasi permanente des femmes de la brigade verte pour assurer la propreté des lieux.

  • Aucun commentaire sur cet article.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0

Videothèque

Le matériel du RSP
Arrivée de Mariam Sankara
Agression de Sara Sérémé

KamaNews

  • Qui sommes-nous?
  • Notre équipe
  • Nous contacter
  • Conditions d'utilisation
  • Mention légale
  • En continue

Infos pratiques

  • Publicité
  • Partenariat
  • Version mobile
  • Cookies & Cache
  • Responsabilité
  • Flux RSS

Outils

  • Applications
  • S'inscrire
  • Se connecter
  • Modifier son profil
  • Nos blogs
  • Messages

Liens utiles

  • BBC Afrique
  • Journal Citoyen
  • CSC
  • OBM
  • CNPZ
  • Droit Libre
Top